Pastis Bardouin, du soleil dans les verres et l’histoire de l’absinthe.

Les bouteilles de pastis Bardouin s’entrechoquent, il est 19 heures, c’est l’heure de l’apéro : un instant convivial, accompagné de quelques tapas, d’olives et du chant des cigales !

Un pastis Bardouin, sinon rien !

 Depuis plus d’un siècle, l’alambic chauffe à Forcalquier. La montagne de Lure, quant à elle, fournit depuis le moyen-âge la matière première : les « Plantes » aux arômes et aux saveurs exceptionnelles. Dans la tradition des apéritifs du midi, on reconnait le Pastis Bardouin aux 67 plantes, L’absinthe ou « Absente », le Vin d’orange riche en épices, la Gentiane de Lure, le Rinquinquin, le choix est vaste… Un instant convivial baigné de soleil, la fraicheur de quelques glaçons, les verres claquent…
(A consommer avec modération)

Vous avez envie de connaitre la petite histoire de l’absinthe ?!

A la fin du XVIIIème siècle à Couvet (Suisse), une dame, Henriette Henriod, élabore un élixir thérapeutique à base de plantes : l’hysope, l’anis vert, le fenouil et l’absinthe, le tout infusé dans de l’eau de vie de vin. Ce breuvage que l’on surnomme « la fée verte » est même recommandé par le Docteur Pierre Ordinaire en 1792.

bouteille absinthe, @SylvieDeroire, Terroir EvasionBouteille d’Absinthe

Une belle affaire

Le Major Dubied négociant, en dentelles, rachète à la dame Henriod « la petite fée verte », car il sent là un fort potentiel. Il a vu juste ! Il fonde en 1798 une distillerie à Couvet (Suisse) et s’adjoint les compétences de Henri-Louis Pernod, bouilleur de cru.

L’élixir prend son envol, c’est un véritable succès. Henri-Louis Pernod installe sa distillerie à Pontarlier (Doubs). C’est une affaire qui marche ! Exportation aux Amériques et dans les colonies. En 1805, la production d’absinthe était de 16 litres par jour, elle flambe en 1896 et atteint les 25 000 litres par jour (à 72°).

Le paradis artificiel de Baudelaire

Ce succès est tel que dans tous les cafés de la « Belle Epoque » elle est la boisson préférée des artistes comme : Van Gogh, Toulouse Lautrec, qui recherchent l’inspiration dans la fréquentation immodérée de la petite « Bleue » que Baudelaire nommait « Paradis artificiel ».

Trop, c’est trop !

Au XIXe siècle, l’alcoolémie est un fléau qui ronge la population. C’est ainsi qu’on accuse l’absinthe de rendre fou, aveugle et criminel. L’absinthe est prohibée en France le 16 mars 1915 (on rappellera que le taux d’alcool pouvait atteindre de 72° à 90°). Un nouveau décret en 1988 en autorise la production mais règlemente le taux de thuyone à 35mg/litre et de fenchone à 5mg/litre (principales molécules excitantes de l’huile essentielle de l’absinthe et du fenouil).

Il faut attendre 1938 pour que la loi autorise les anisés titrés à 45° (sans absinthe). Un dosage d’alcool à 45°permet à la saveur de l’anis de s’exprimer au moment de la distillation. Naissance du pastis.

Pastis & Epices, @SDeroire, Terroir EvasionPastis & Epices

En France, l’abrogation de la loi d’interdiction de l’absinthe date du 18 mai 2011 avec la dénomination de « spiritueux aux plantes d’absinthe ».

Comment servir l’absinthe?

Verres Absinthe & fontaine eau, @SDeroire, Terroir Evasion

Verres Absinthe & fontaine à eau

C’est un rituel

Tout d’abord, se procurer une cuillère en argent perforée (spécial au service de l’absinthe), y placer un morceau de sucre, la poser ensuite sur les bords d’un verre contenant une dose d’absinthe. Puis verser de l’eau glacée très lentement sur le sucre qui se dissout peu à peu en troublant l’absinthe d’un blanc opalescent.

Petit jaune et pétanque

En Provence, le pastis ou « petit jaune » est la vedette des comptoirs. Les marques se multiplient et gardent jalousement le secret sur le mélange et les proportions des ingrédients utilisés : anis vert, anis étoilé (badiane) ou fenouil, réglisse…et alcool macéré ou distillé. Le pastis incarne alors le ciel azuréen, la pétanque et les journées ensoleillées.

Badiane, @SDeroire, Terroir EvasionBadiane

A consommer avec modération !

Le saviez-vous

L’usage de l’absinthe n’est pas nouveau : un papyrus égyptien de 1600 avant J.C la recommande comme remède contre la fièvre, car elle est stimulante et antiseptique. Pythagore pensait que les feuilles de cette plante dans le vin stimulaient l’accouchement et Hippocrate la prescrivait pour combattre l’anémie, les règles douloureuses et les rhumatismes.

Absinthe, @illustrez-vous, Terroir Evasion

Distilleries et Domaines de Provence et Pastis Bardouin

Distillerie de Provence Forcalquier, @SDeroire, Terroir Evasion

Distillerie de Provence Forcalquier – Henri Bardouin

http://www.pastishenribardouin.com/

http://www.distilleries-provence.com/fr/produits/pastis-henri-bardouin

 

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Newsletter